Achat de terrain : ce à quoi il faut penser

Accueil/Trucs et astuces/Achat de terrain : ce à quoi il faut penser

C’est décidé, vous vous dirigez vers un achat de terrain. Mais attention : cela reste un acte sérieux, auquel il faut bien réfléchir avant de vous lancer. Orion Menuiseries fait le point sur le sujet en 3 points cruciaux.

  • Vérifiez la zone d’implantation

Votre terrain peut être localisé dans une zone à risques et cela constitue un vrai problème. Par zone à risques, on entend un endroit où des catastrophes naturelles restent très probables : inondations, tremblement de terre, avalanche…

C’est pourquoi tout terrain vendu doit obligatoirement être assorti d’une déclaration. Celle-ci datera de moins de 6 mois au jour de la signature du compromis pour être valable. Ce document stipulera si la parcelle est reconnue comme implantée dans une zone à risques ou pas.

Note : si on ne vous remet par ce document, sachez que la vente du terrain peut être annulée. On considérera que votre parcelle peut présenter des vices cachés. Aussi, pour vous informer avant un achat de terrain, pensez à consulter le site www.georisques.gouv.fr. Ce portail répercute les zones à risques du territoire français.

  • La nature du sol

Il est primordial de connaître la nature du sol avant tout achat de terrain. En effet, cela va demander de construire sur de bonnes bases et tout doit être examiné afin d’éviter les mauvaises surprises.

Par exemple, un terrain argileux, calcaire ou humide nécessitera des fondations spéciales. Une inspection sous toutes les coutures de la parcelle convoitée vous apprendra pas mal de choses.

Si vous notez la présence de végétaux comme le saule, vous pouvez déjà savoir que vous faites face à un terrain humide.

Pour en apprendre plus, une enquête de voisinage s’impose : questionnez les particuliers et professionnels des alentours. Ils seront de précieux alliés pour en savoir plus sur votre parcelle.

Enfin, le regard expert de votre constructeur reste important. Veillez à ce qu’il se rende sur votre terrain avant de signer quoi que ce soit. Les constructeurs ont visité des centaines de parcelles : ils sont donc en mesure de vous dire si la nature du sol pose problème et ce qu’il faudra prévoir.

En cas de doute : faites réaliser une étude du sol. Elle déterminera avec précision les fondations qu’il faut pour votre future maison. Certes, elle est onéreuse (comptez entre 1000 et 4000 €) mais elle demeure vitale pour bâtir une maison solide et fiable sur le long terme.

  • Le bornage

Si le titre de propriété garantit que vous êtes bien propriétaire de votre terrain, il ne certifie en revanche ni ses limites ni sa superficie. Idem pour les mesures enregistrées au cadastre : elles demeurent indicatives.

Dans ces conditions, il est plus prudent de faire réaliser le bornage de votre terrain par un géomètre expert. Ce dernier va déterminer avec précision les dimensions exactes de votre parcelle.

Une fois ces données mesurées, vous pourrez signer le document qui indiquera la surface réelle de votre terrain. Avec ces informations certifiées exactes, vous serez ainsi sûr de bien respecter le plan local d’urbanisme (PLU). Cela vaut par exemple pour la distance d’implantation de votre futur bâti par rapport à la route.

 

 

2019-02-14T14:14:20+00:00 Fév, 2019|Trucs et astuces|

Laisser un commentaire